lundi 12 avril 2021

Chelsea B'Gem et son jardin extraordinaire - "Au-delà de La Lisière" à Saint Michel-sur-Orge

Deuxieme étape de la résidence de création artistique d'Anton et Teurk au sein du Quartier des Genêts. 

Réalisation d'oeuvres satellites au Lion ... Chelsea B'Gem rêve du printemps, d'arbres oniriques, ...

> mise en œuvre d’une correspondance avec le quartier, dans la continuité de ce qui a été mis en place pendant la première étape. Des cartes postales seront distribuées à chaque étape pour inviter les habitants à échanger, et à participer à créer l’habitat du lion. 

 


Nous allons créer 3 arbres imaginaires

un Baobab, 

un Arbre à Souhaits,

et l'Arbre des enfants ....

à partir des rêves des habitants, et notamment des enfants, 

il s'agira de 3 sculptures en métal, végétalisées par des plantes grimpantes.

 




avec la complicité du Service Jeunesse (Ados-Motivés), de l'école élémentaire Lamartine (3 classes de CP et CE1), le centre social Nelson Mandela et les habitant.e.s du quartier des Genêts ! 

 

Projet soutenu par la DRAC IDF, la Ville de Saint Michel-Sur-Orge, le Centre culture Baschet , le bailleur Toit et Joie Poste Habitat

"OASIS" avec le CEPFI - "Au-delà de La Lisière" - Saint Michel-sur-Orge

Semaine du 19 avril 2021

Une semaine pour réaliser une OASIS

Anton et Teurk , artistes sculpteurs, vont - avec 6 jeunes de 16 à 20 ans-  du C.E.P.F.I (Centre de Prévention, Formation et Insertion) de Saint Michel-sur-Orge réaliser un potager artistique, une "OASIS"!

maquette en cours >

réalisation en bois et matériaux de récupération 

 

"L’objectif du projet Oasis est de favoriser l’accès à la culture pour le public et plus spécifiquement les jeunes accompagnés par la structure sociale du Cepfi. Ce public jeune habite au sein du quartier des Bois des Roches, l’un des quartier prioritaires identifiés par le plan régional pour l’insertion des jeunes. Oasis propose un temps de résidence artistique à moyen terme, qui se constitue de rencontres avec les artistes, d'ateliers d’apprentissage de techniques de construction, et l’implantation de jardin. L’objectif d’Oasis est, comme la signification du nom, de créer un poumon vert, un jardin potager convivial, participatif et modulable au cœur de ville.
Le jardin est considéré comme une œuvre évolutive, un lieu qui entremêle des cultures sur des espaces de bien-être et de repos.
L’intervention des artistes formalisera la composition d’un paysage. L’implication du public est l’élément structurant du projet, il est présent durant tout le processus de la conception à la réalisation. Il est très important que le jardin soit personnalisé par l'investissement de chacun des participants reflétant ainsi leur potentiel individuel et collectif. L’utilisation de ce lieu favorisera cette appropriation. La conception et la réalisation de ce jardin revêt divers aspects d’initiation. A travers ce projet, les jeunes auront la possibilité d’exprimer leur créativité, pour certains de renouer avec leur imagination et de travailler sur leurs capacités à se projeter. D’un point de vue technique, ils pourront être initiés au travail de la matière, à l’usage d’outils et à retrouver des sensations manuelles etc "

 

 

Projet réalisé avec le soutien de la DRAC IDF dispositif Culture et Lien Social  

 





mardi 30 mars 2021

Accueil en résidence PINA WOOD

du 5 au 18 avril

PARCE QUE LES MAJORETTES FINISSENT TOUTES SOUS UN TAS DE  BÛCHES OU DANS UNE  BÉTONNEUSE

 

 

DRUM POÉSIE | MISE EN SCÈNE DU DÉBAT

1 expérience = le poème + 1 lieu + 1 spatialisation sonore + 1 sujet de conversation + 3 questions + 1 invité.e 


Une batterie regarde une speakerine, un couloir vide d’une dizaine de mètres les sépare – les spectateurs, placés en bifrontal sont assis sur des chaises confortables et tournent tour-à-tour leurs têtes comme à Roland Garros pour suivre le dialogue – tout se joue dans la pénombre (pour l’instant) et l’artiste envisage de jouer dans le noir total (pour l’instant).
Conçu comme un poème-émission-radio qui laisse la place aux palabres, ce dispositif s’ancre dans la tradition du Hörspiel, “jeu pour l’oreille”. Il s’agit en effet d’écouter ~ “hör-” ~ et de jouer ~ “spiel”.
Durant l’heure, trois questions sont posées aux spectateurs et chacun tente, si ce n’est d’y répondre, de réfléchir à l’éventualité d’une réponse. Il y a l’obsession de nombreux micros disséminés dans le public.

Création avec le soutien de la SACD / Auteurs d'Espaces

DOSSIER ARTISTIQUE

VIDEO APPELLE MOI POESIE AVEC PINA WOOD >  https://youtu.be/DnWc6LQsngk

 http://www.radiogrenouille.com/actions/ateliers/quand-je-pose-mon-oreille/

 







Des rencontres se concoctent  autour de la poésie, des mots, des femmes et des mères les 6 et 13 avril ... avec un groupe de femmes ASL de Grigny avec La constellation > annulation ... 

Sortie de résidence professionnelle



 

jeudi 25 mars 2021

Accueil en résidence de création Cie Les Yeux Fermés et la Cie Transit

Du 29 mars au 3 avril


PEH SI

Il est là. Mais l'autre aussi

La rue est là, la ville aussi.
Nous explorons ici le croisement entre deux inconnus. Les dix dernières secondes précédent ce moment.

Prédateurs ou proies, méfiance contre méfiance, le monde extérieur étant devenu comme une jungle.



SUFO SUFO , auteur

https://www.theatre-contemporain.net/textes/Debout-un-pied-Sufo-Sufo/

https://www.facebook.com/CieYeuxFermes/

mardi 23 mars 2021

Accueil en résidence > Le Fer à Coudre avec Zone Libre

du 10 au 20 mars

Dans ce monde où la précarité augmente, où le sentiment d’y être étranger devient commun, un regroupement d’activistes se constitue pour ouvrir une zone libre dans laquelle tout est possible. Une action basée sur des faits réels, agrémentée d’humour déjanté et entraînant le public à participer à une véritable aventure humaine : l’ouverture d’un squat. 

 








Entre individualisme et règles de vie collective, le public sera pris dans la folie et le décalage d’une société méconnue, un monde à part fait d’utopie, de désespoir et de moments de grâce. 

Contrairement à l’image populaire qu’on leur porte, les squats ne sont pas d’ordinaire des endroits sales et mal famés, repaires de drogue et de prostitution. Ce sont très souvent des espaces éphémères d’effervescence utopique. Des lieux gratuits, de travail, de rencontres, de créations, de vie, de survie, nécessaires au développement social et culturel de nos cités.

L’idée de faire d’une ouverture de squat un spectacle est née d’un premier travail autour de la “piraterie”, un thème proposé par le Théâtre des Roches (Montreuil) dans le cadre de son événement “Les Apéroches” en novembre 2012. Nous avons parodié ce type d’action en invitant le public à occuper les sous-sols du théâtre.

Une semaine après, quelques membres du Fer à Coudre, en soutien à une action de désobéissance, participent à une véritable ouverture. Une intervention impressionnante, organisée depuis plus de 6 mois, avec 200 participants, des street médics*, des avocats, des black-blocs et différentes stratégies pour obtenir un espace de plusieurs milliers de mètres carrés afin de, entre autres, loger des sans-papiers et redistribuer gratuitement de la nourriture ainsi que des vêtements. 

C’est là que nous découvrons le potentiel spectaculaire de cette action, l’organisation qu’elle nécessite, l’adrénaline qu’elle procure, l’importance de l’effet de groupe, la prise d’espace, l’urgence de la situation, les différentes motivations des leaders, l’expérience humaine dans cette lutte utopique. 

Une aventure réaliste, d’actualité et pleine d’espoir.

Nous pensons alors que ce type d’initiative, spectaculaire de fait, peut se transformer en acte artistique de rue.

Notre volonté est de tourner en dérision le monde actuel en évoquant des sujets sensibles tels que la paupérisation de nos vies, l’individualisme grandissant, la culture du fric et du «tout-sécuritaire». En portant un rêve utopiste, avec humour et à travers des personnages touchants, nous mettrons aussi en exergue les contradictions d’une telle action dans son organisation et ses différents objectifs : certains veulent un squat d’artistes, d’autres un lieu destiné à la lutte contre le système ou encore simplement un logement, quand d’autres souhaitent uniquement entrer en conflit avec les autorités.

Nous voulons inviter le public à vivre une histoire dont il est le héros à travers la création d’une “zone libre” dans laquelle les lois de la société libérale ne sont plus les maîtresses de nos vies... dans  laquelle il faut tout réinventer.

 

  https://www.feracoudre.com/en-tourn%C3%A9e/zone-libre/

samedi 6 février 2021

 Sous les pavés

Résidence du 22 au 28 février

> DES RÉFUGIÉS DU FUTUR DÉBARQUENT DANS NOTRE VILLE, ILS NE CONNAISSENT PAS NOTRE MONDE. ILS DÉCOUVRENT NOS TÉNÈBRES ET NOS LUMIÈRES …BOUSCULENT NOTRE PRÉSENT

Deux auteur.e.s complices
Nadège Prugnard et Frédéric Michelet
Une écriture poétique et sensible
Un spectacle coup de poing ! 

Mise en scène de Manu Moser et Jennifer Wess




LE POSTULAT – L’AXIOME
Une jeune femme, un homme (son père) et un groupe d’hommes et de femmes (le public) débarquent dans notre
présent. Ils migrent d’un futur dévasté volontairement énigmatique et indéfini. Un futur qui les a repoussé,
abandonné
Ils viennent d’une société nébuleuse qui serait à la fois :
Une société à la Orwell, policée, organisée, cadenassée.
Une société où les rapports entre les gens ne sont plus prépondérants.
Un monde chaotique où l’on a oublié, nié le passé.
Tous ces égarés, ces migrants du futur n’ont pas connu « L’AVANT ».
Le père, lui, a connu par ouï-dire notre époque.
La jeune fille, avec les migrants, veut comprendre, découvrir comment on “vivait“ au 21ème siècle…
Ils ne savent pas ce que sont des rassemblements… des échanges humains … des conflits… des contestations.
Malgré le danger, ils vont partir découvrir notre présent.
Ils vont voyager de rencontres en rencontres, de situations en situations, de confrontations en confrontations,
soulever les pavés, pour tenter de découvrir,
mettre sur la sellette les enjeux de notre monde composite,
tourmenté,
surprenant,
déconcertant,
un monde, de ténèbres et de chaos, mais aussi de lumières.
Le démonter pour mieux le rêver.
Le comprendre, l’embrasser pour déjouer la course folle vers un demain ravagé.
Emmenés embarqués engagés sur les pas de cette fille,
ils vont de rencontres en rencontres, découvrir des personnages qui vont ouvrir leurs gueules, leurs coeurs, leurs
âmes, leurs intimités,
… Livrer leurs désespoirs et leurs colères,
… Mais aussi leurs utopies, leurs rêves et leurs espoirs.


https://www.cia-alligator.com/en-projet/ 

 








 

vendredi 5 février 2021

Accueil en résidence de création Collectif I'm a Bird Now

 Installation paysagère en mouvement ..... 

 du 12 au 19 février 2021

 Ce projet va s'écrire sur deux années, au sein d'une résidence longue sur l'art, l'enfance et l’écologie, que nous menons au Théâtre du Parc Floral avec le Théâtre Dunois & les compagnies AMK, Cie Les Demains qui chantent, Cie Lunatic, Cie du Porte-Voix. Cette résidence qui établit une collaboration avec l'ensemble des acteurs du Parc Floral, est baptisée « Théâtre du Jardin planétaire », en hommage à son parrain: le jardinier-poète Gilles Clément. C'est à partir d'une réflexion sur comment l’artiste peut se faire jardinier: entremetteur de rencontres et garant protecteur d’une diversité en constante évolution, que naît le projet de cette installation paysagère, qui va s'écrire en plusieurs temps.

« Faire des cabanes : imaginer des façons de vivre dans un monde abîmé. Trouver où atterrir, sur quel sol rééprouvé, sur quelle terre repensée (…) Faire des cabanes en tout genres - inventer, jardiner les possibles ; sans craindre d’appeler cabanes des huttes de phrases, de papier, de pensée, d’amitié, des nouvelles façons de se représenter l’espace, le temps, l’action, les liens, les pratiques »

Marielle Macé, Nos cabanes. (Ed Verdier)

 


 "Ce sera comme un refuge. Un refuge pour une pensée de la biodiversité, du soin de la vie et du vivant. Elle aura vocation à se déplacer partout dans l’espace public et son but sera de soulever les enjeux écologiques du vivant à la fois à travers sa structure mais aussi à travers les diverses propositions qui viendront l’habiter. Elle sera conçue comme un projet voué à la métamorphose, jamais « fini », et nourri des différentes rencontres que nous ferons au fur et à mesure du temps avec d’autres artistes, des scientifiques, chercheurs, anthropologues, jardiniers, géographes, historiens...

À la fois œuvre paysagère, qui se regarde en tant que telle, faisant corps avec le paysage et à la fois abri, contenant, lieu ou venir s’installer, et où s'enregistrent des présences, lieu de ressource et d'usage ; elle accueillera des répertoires, des jeux, des histoires, des jardins suspendus, des savoirs, des personnes, de l’oralité, du mouvement, des pièces sonores, des cartographies vivantes, des suspens..."


https://www.iamabirdnow.com/