mercredi 7 novembre 2018

Accueil en residence de création La Constellation avec "Epopees Intimes"

du 7 au 9 novembre 2018




Depuis plusieurs années Mathieu Desfemmes compile, brode les histoires du « Petit Mathieu », un retour sur une enfance ordinaire extraordinaire. Un enfant en lutte avec la lecture et l’écriture qui deviendra écrivain, une histoire où le choix des mots prend tout son sens et qu’il faut mettre en lumière comme des pépites. Un enfant aimé, chéri par une mère fantasque et changeante, où le rebondissement inattendu s’insère dans le récit d’une vie banale en apparence. Une enfance bercée par les engagements politiques de ses parents d’origine modeste en pleine lutte des classes, vivant au rythme du parti, jusqu’à la rupture.

D’anecdotes en anecdotes Mathieu Desfemmes invite le public dans son intimité, une trajectoire bousculée par les frasques de son entourage familial, nous emporte, dans une langue imagée, avec lui, dans ce condensé de vie et cette enfance singulière où se reflètent aussi les morceaux de nos propres enfances.

Texte de Mathieu Desfemmes
Mise en scène Alexandre Ribeyrolles
Avec Hélène Savina et Mathieu Desfemmes

Durée : 75 min

Photos : La constellation en répétitions à La Lisière 

La forme
Epopées Intimes est une « pièce sonore » qui se joue en extérieur et en proximité avec le public. Une partition pour deux comédiens où le public est convié à écouter confortablement une histoire dans une intimité préservée... La mise en scène est volontairement sobre afin de véhiculer un climat propice à l’écoute. Chacun, porté par la voix des interprètes, peut ainsi ressentir et projeter ses propres nuances à cette fresque dont l’articulation de l’écriture stimule notre mémoire et notre imaginaire.
Cette création est aussi le désir de retrouver une forme d’itinérance : un dispositif simple pour imaginer une tournée dans une diversité d’espaces et de rencontres du public. Recréer un effet de cocon pour ces histoires autour de la cellule familiale où l’importance de grandir devient fondamental.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire